Question écrite de Ludovic Pajot du 12 février 2019 sur la sensibilisation à l’endométriose

M. Ludovic Pajot attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le cas de l’endométriose. Cette maladie, trop peu connue, touche près d’une femme sur dix en France. En complément des douleurs chroniques qu’elle est susceptible de provoquer, elle engendre également des risques graves pour l’organisme, notamment l’infertilité, et peut donc causer des séquelles irréversibles. En France, il est par ailleurs particulièrement complexe pour une femme atteinte d’endométriose de faire reconnaître sa maladie. Il en ressort donc, en dehors de la souffrance physique générée par cette affection, une véritable douleur psychologique liée au sentiment d’abandon. La maladie bouleverse le quotidien de ces femmes, avec de multiples impacts tant sur la vie privée que sur la vie professionnelle. Face à cette situation souvent dramatique, il lui demande donc de bien vouloir lui préciser les mesures qu’elle compte mettre en œuvre afin de permettre une meilleure reconnaissance de l’endométriose ainsi qu’une prise en charge améliorée des femmes qui en sont touchées.