Lettre aux habitants de la 10ème
circonscription du Pas-de-Calais
après le Grand débat

Chers habitants de la 10ème circonscription du Pas-de-calais,

Chers amis,

Alors que le « grand débat » institué en décembre par le Président de la République en réponse à la contestation des gilets jaunes prend fin, je tenais à vous écrire personnellement afin de revenir sur les événements de ces dernières semaines.
L’annonce de ce débat a constitué pour beaucoup d’entre vous une opportunité démocratique pour défendre vos revendications et vos idées pour notre territoire.

L’enjeu pour notre territoire était aussi de faire entendre la voix du bassin minier dans un débat « national ».
C’est que nous étions partis de loin ! Emmanuel Macron, en campagne, avait eu les mots très durs que nous connaissons tous à l’encontre de notre territoire, assimilant les habitants du bassin minier à des « illettrés », des « alcooliques » et des « chômeurs ».
Mais très vite, lors de nos rencontres sur les marchés, lors de mes permanences parlementaires ou itinérantes, vous m’avez fait part de votre scepticisme s‘agissant de l’organisation et du fonctionnement de cet exercice inédit censé répondre à la crise sociale que traverse notre pays.
Le Président avait promis que l’on pourrait y parler de tout… Un débat ouvert, où chacun pourrait s’exprimer, contester la politique sociale et fiscale du gouvernement… « Chiche ! » comme dirait le Président de la République.
Hélas, vos espérances légitimes nées de l’annonce de cette exercice annoncé comme « démocratique » sont rapidement parties en fumée.

Le choix des sujets a ainsi doublement étonné.

– Tout d’abord, pourquoi un tel encadrement ? Pourquoi ne pas permettre aux français de parler de tout ?
Le questionnaire proposé en ligne cloisonne d’ailleurs le « débat » à des questions fermées. Mais peut-on se contenter de choisir entre « oui » et « non » pour répondre à des questions aussi importantes pour notre pays ?
– Ensuite, sur quelle base ces sujets ont-ils été sélectionnés ?
Le choix des sujets semble très éloigné des revendications des français. L’ISF a ainsi été écarté du grand débat alors que plus de 2 français sont 3 se montreraient favorables à son rétablissement.

Le grand débat a si peu convaincu que de nombreux gilets jaunes ont continué à manifester, que ce soit à Paris où les caméras des chaînes d’infos ont préféré braquer leur objectif sur les extrémistes qui ont infiltré le mouvement pacifique… mais aussi et surtout sur les ronds-points, transformés en ekklesia par des habitants en soif d’un vrai débat.

Dans le bassin minier, le bilan du grand débat est très mitigé.
Les débats organisés sur notre territoire n’ont pas attiré les foules attendues. Ainsi, les jeunes ayant bien compris qu’ils ne pouvaient pas s’exprimer sur tous les sujets, ils ont préféré boycotter.
Cette séquence fut néanmoins une occasion particulière pour échanger avec vos élus locaux. Je tiens d’ailleurs à saluer le travail de l’ensemble des élus qui se sont mobilisés afin d’échanger avec vous. Leur dévouement est d’autant plus remarquable eu égard au mépris du gouvernement à leur encontre (boycott du salon des Maires par Emmanuel Macron, baisse des subventions aux collectivités locales)… Cela atteste à nouveau de l’importance de l’échelon communal que certains souhaitent sacrifier au profit des intercommunalités, mais aussi le rôle essentiel des Maires qui font vivre notre territoire.

Je n’ai pas attendu le grand débat pour échanger avec vous.
Depuis mon élection en juin 2017, je suis à l’écoute de tous les citoyens qui souhaitent me rencontrer. Je vous rends compte régulièrement de mon action, que ce soit lors de mes comptes-rendus de mandat, de mes voeux, de mes lettres ou encore sur internet (réseaux sociaux, site internet).

Il ressort de ces rencontres que vous avez bien compris la grande supercherie du grand débat qui n’avait en réalité pas d’autre finalité que de permettre au gouvernement de lancer sa campagne pour les élections européennes. Vous aspirez à pouvoir vous exprimer librement, je le comprends. Dans ce sens, je défends comme nombre d’entre vous l’instauration du référendum d’initiative populaire (ou RIC), le seul outil démocratique qui permettrait à chacun d’entre vous de pouvoir s’exprimer sans filtre.

Je serai très vigilant sur les suites qui seront données au grand débat.
J’attends comme vous des réponses fortes de la part du gouvernement, à même de répondre à vos difficultés quotidiennes.
Je ne manquerai pas de défendre vos revendications à l’Assemblée nationale.

Vous pouvez compter sur mon dévouement,

Fidèlement,
Votre député dévoué.